Image
Top
Navigation
Slider_Galanta
A PROPOS

Les danses de Galanta sont à Kodaly ce que les danses hongroises sont à Brahms : des musiques vivantes, profondes et passionnées surgissant des souvenirs de Zoltan. Galanta fut le village où il passa son enfance.
Extraits
du concert

Tous les soirs, les meilleurs musiciens de la ville venaient jouer à la maison. Mon père jouait du violon, ma mère chantait, et Emilia, ma sœur, était au piano. C’est elle qui plus tard m’a appris à en jouer. J’aimais toucher à tous les instruments, je me débrouillais pas mal en violon et en piano. Mais mon véritable instrument c’était le violoncelle…

Mes moments préférés avec les tziganes, c’est une fois que la nuit est tombée, que les gens sont partis se coucher, lorsqu’on a bien mangé, bien bu, nous nous retrouvons en petit comité et parlons de tout et de rien avec beaucoup d’animation. Et là, un moment magique se passe, quelques musiciens restent, ceux qui ont envie de nous raconter ce qu’ils ont sur le cœur avec leur instrument. Ce sont des moments de pure grâce.

C’est ce que j’appelle l’âme tzigane, la passion des tziganes, on a parfois l’impression que leurs instruments fondent de tristesse. Par exemple, j’aime quand ils retiennent le temps, le ralentissent, et se jouent de nous, on est là accroché à la dernière note du soliste, en se disant qu’est ce qu’il va bien pouvoir dire après…

 

Distribution

Dalia Stasevska, direction 
Régis Royer, comédien 
Patrick Pleutin, décorateur
Géraldine Aliberti, direction artistique

Les musiciens de l’Orchestre de Paris

Une création Les Clés de l’Ecoute
Commandée par l’Orchestre de Paris
Concerts les 15 et 16 octobre 2015
à la Philharmonie de Paris

Logo OdP- CdL

Dossier Bienvenue à Galanta

Galeries photos